CAMPAGNE

CAMPAGNE "AGIR TÔT"

 
Handicap, agir tôt est une campagne d'information et de sensibilisation sur les troubles du développement du jeune enfant, de la naissance à l'âge de six ans, en direction des parents et des professionnels.

Intervenir précocement de manière globale et coordonnée permet d’améliorer le développement de l’enfant et de prévenir les situations plus sévères.

C’est le message de cette campagne de grande ampleur lancée le lundi 24 septembre par l’ANECAMSP avec le soutien de Sophie Cluzel, la secrétaire d’Etat chargée des personnes handicapées.

Mahé a à peine quelques semaines lorsque ses parents remarquent son manque de tonicité musculaire. À deux mois, cette hypomotricité est confirmée. Un an plus tard le petit garçon est pris en charge par un CAMSP. Il marchera à 27 mois. Il a aujourd’hui 5 ans et s’il n’est pas encore prêt à jouer au foot dans la cour de l’école, il est vif, mobile, et se prend volontiers pour un aventurier.


Près de 40 000 enfants en difficulté et/ou handicapés ne bénéficient pas aujourd’hui de l’accompagnement précoce qui leur offrirait toutes les chances de développement et favoriserait leur inclusion.

L’Association Nationale des Équipes Contribuant à l’Action Médico-Sociale Précoce (ANECAMSP), avec ses partenaires, lance la campagne « Handicap Agir Tôt » pour promouvoir l’accompagnement précoce des jeunes enfants et faciliter leur accueil dans les structures de la petite enfance.

Cette campagne se déroule sur plusieurs axes. L’un d’eux comprend la réalisation d’une série de films documentaires de 5’ intitulée "Handicap, Agir Tôt". Cette série présente des situations très diverses, donne la parole aux parents et aux professionnels pour expliquer la pertinence d’un accompagnement précoce. Tous les films sont équipés pour l’accessibilité : médaillons LSF, audiodescription, sous-titrage, Braille et Facile à lire et à comprendre. 

Cette campagne cible les futurs parents et parents des 0-6 ans mais aussi les professionnels de la petite enfance et de la santé.

Il s’agit de sensibiliser ces publics au repérage précoce des difficultés, au décalage dans les acquisitions et à la nécessité de solliciter rapidement un avis spécialisé.

Les films réalisés par Valéria Lumbroso abordent la prématurité, les troubles de l’audition, de la vision, de la motricité, du langage et l’autisme. Ils sont mis en ligne sur un site web dédié et seront normalement diffusés à la télévision. Des affiches et tracts seront distribués auprès des professionnels en contact direct avec les familles.

En finir avec le temps perdu

La Secrétaire d’Etat chargée des personnes handicapées, Sophie Cluzel, a évoqué ce « temps perdu à ne pas entendre des parents qui devinent que leur enfant ne se développe pas comme les autres » et ces « professionnels très démunis car ils ne savent pas nécessairement bien dépister ou ne savent pas vers qui orienter les familles ». Mère d’une fille autiste, Sophie Cluzel sait de quoi elle parle et elle le martèle : « il ne faut pas attendre ».

Anne Bouygard de l’Agence Régionale de Santé du Centre- Val de Loire estime que si c’est une chance de bénéficier d’un repérage précoce, c’est, en creux, une perte de chance de ne pas avoir de prise en charge précoce. « Il y a encore des enfants qui passent à travers la raquette ».

La campagne doit transmettre aux parents mais aussi aux professionnels quelques clés pour repérer les décalages significatifs dans les acquisitions de leur enfant.

L’objectif est aussi de permettre aux professionnels de conseiller et orienter les parents, même ne l’absence d’un diagnostic, vers les dispositifs d’action précoce du secteur sanitaire et du secteur médico-social.
Geneviève Laurent, présidente de l’ANECAMSP, qui porte ce projet de campagne depuis plusieurs années, précise que l’objectif est aussi de faciliter l’accueil de ces enfants porteurs de handicap dans les EAJE et à l’école. Elle conclut : « C’est une question de santé publique, d’humanité, de vivre ensemble ».